Maupassant
Réunir les passionné(e)s de Guy de Maupassant pour en parler ...

Thèmes

maupassant

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Sur l'Art de lire à haute voix (2)
· Texte de Marc (7)
· Texte de Maupassant (2)

Rechercher
Derniers commentaires Articles les plus lus

· Photo de Nadar
· Deux Amis
· Bienvenu(e) chez Maupassant
· Chez les bêtes
· Renée VIVIEN

· Histoire d'une fille de ferme à la TV
· Lien de mon Audioblog
· Lire à haute voix...
· Pour t'interviewer ???
· Un cd mp3
· Lire ...
· Jeu de devinette (entre blogs)
· Sur les Deux Amis

Voir plus 

Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Statistiques

Date de création : 08.07.2009
Dernière mise à jour : 23.11.2009
13 articles


Renée VIVIEN

Publié le 23/11/2009 à 21:05 par maupassantien
J'ai assisté et participé au centenaire de la mort de RENEE VIVIEN (1909) ...

Histoire d'une fille de ferme à la TV

Publié le 29/09/2009 à 12:19 par maupassantien
Maupassant est à l'honneur sur France Télévisions : j'ai vu cette "histoire d'une fille de ferme" vendredi dernier avec Marchal (connu plutôt pour ses rôles de policiers) dans le rôle du paysan.

Le jeu était juste... ils ont réussi à me faire pleurer alors que je connaissais déjà l'histoire !!!

Bravo donc !!!

Lire ...

Publié le 29/09/2009 à 12:15 par maupassantien
Lire Maupassant ...

Quoi ??? Qu'aimes-tu lire ???

Moi ce sont plutôt les nouvelles et les chroniques.

Miss Harriet m'a beaucoup touché...

Et toi ???

Un cd mp3

Publié le 22/09/2009 à 16:50 par maupassantien
Un cd mp3 de "36 contes et nouvelles" vient d'être édité : 11 heures d'écoute pour 20 € TTC
ISBN 978-2-85310-005-2


Contenu du CD : Berthe, les bijoux, Aux champs, La chevelure, Clair de lune, Coco frais, Coco, Deux amis, l'enfant, l'épingle, Hautot père, histoire vraie, La maison Tellier, Malade et Médecins, Menuet, Misère humaine, Miss Harriet, Le modèle, Mon oncle Jules, Monstres, Mots d'amour, première neige, Le papa de Simon, Une partie de campagne, la parure, le père Amable, Pierrot, la reine Hortense, Rose, le rosier de Mme Husson, la serre, le testament, Toine, la veillée, une vendetta et Voyage de noce.



Photo de Nadar

Publié le 07/08/2009 à 18:44 par maupassantien
Photo de Nadar
Photo de Maupassant pour illustrer mon blog ...

Photo "copiée" chez Maupassantiana ...

Jeu de devinette (entre blogs)

Publié le 07/08/2009 à 18:20 par maupassantien
Découvert sur la blogosphère littéraire, je réponds à mon tour à ce questionnaire très révélateur. Vous pouvez à votre tour copier-coller les questions sur votre blog et y répondre.

Bonus : il vous faut ajouter à la fin de cet autoportrait une question de votre cru.

Dévoilez-vous lectrices / lecteurs ! C’est le but du je(u).

- Plutôt corne ou marque page ?
marque-page... un simple ticket de métro usagé fait l'affaire...

As-tu déjà reçu un livre en cadeau ?
Oui avec mon association de lecture aux aveugles, j'en reçois plein ... d'ailleurs qui en veut ? je partage ...

Lis-tu dans ton bain ?
Bah non ! le bain sert à me reposer le corps et l'esprit !

As-tu déjà pensé à écrire un livre ?
Oui ... j'en ai commencé un sur ... Maupassant !

Que penses-tu des séries de plusieurs tomes ?
Je préfère les courtes histoires que les gros machins !

As-tu un livre culte ?
Une partie de campagne de Maupassant (et puis Renoir) que je ne me lasse pas de lire ... et relire ...

Aimes-tu relire ? ça dépend ! la poésie, oui ! les romans, non !

Rencontrer ou ne pas rencontrer les auteurs de livres qu'on a aimé ?
Oui certains ... comme Philippe Sollers, Christian Bobin ... d'autres non (que je ne nommerai pas !)

Aimes-tu parler de tes lectures ?
oui, la preuve : ce blog !

Comment choisis tu tes livres ?
au feeling ... chez les bouquinistes surtout... une fois, j'en ai trouvé un qui ressemblait à un livre mais à l'intérieur c'était manuscrit ... un délice !

Une lecture inavouable ? Oui ... les lectures érotiques ... à deux voix !

Des endroits préférés pour lire ?
Oui ... en pleine nature

Un livre idéal pour toi serait : un livre sans le mot "fin"

Lire par dessus l'épaule ?
Non ! un livre à écouter avec la voix de l'autre ...

Télé, jeux vidéos ou livre : télé pour retrouver Maupassant ...

Lire et manger? lire ou manger, pas en même temps, non !

Lecture en musique, en silence, peu importe ?
Lecture avec le chant des oiseaux !

Le livre vous tombe des mains : je le laisse tomber et j'en prends un autre !

Le livre que vous ne pouvez pas voir en peinture ? Les livres "négatifs" en général et surtout celui qui explique pourquoi il n'aime pas lire ... c'est à vous dégoûter de la lecture, berk !

-Livre de poche ou broché : vieux livres du 19ème siècle ...

Ma question bonus : lecture achat ou bibliothèque ? Achat ! (car il y a le mot chat ?)

Moi : livre papier ou livre audio ? les deux ... pour savoir écouter les mots ... mais aussi la voix de l'autre.

Pour t'interviewer ???

Publié le 07/08/2009 à 17:53 par maupassantien
Je recherche d'autres personnes pour les faire "parler" sur Maupassant ...

Si ça te dit , on peut tchatter sur mon "video-blog" ... ou se parler par téléphone ???

Si ça te dit ???

A + ... peut-être ...

Lien de mon Audioblog

Publié le 05/08/2009 à 19:21 par maupassantien
http://audioblog.arteradio.com/Audiobooks

Ce lien te permet d'entendre des textes de Maupassant que je lis .... ou la dernière interview ou "dialogue" que j'ai eu avec Mme Noëlle Benhamou , webmaster du Site Maupassantiana ...

Bonne écoute car je ne peux rien copier ici malheureusement ...

Et là-bas, je ne peux pas modérer les commentaires : ici , oui !

Bonne écoute !

Chez les bêtes

Publié le 09/07/2009 à 18:33 par maupassantien
Les sauterelles par innombrables armées viennent de ravager la terre d'Afrique. L'homme, le colon et l'Arabe luttent depuis des semaines contre cet ennemi petit et formidable. L'insecte est le plus fort et l'homme vaincu mourra de faim.
Pourquoi cette férocité de la nature ?
Le phylloxera a ruiné la France, autre insecte encore plus petit contre lequel la science et tous les efforts des hommes ont été également impuissants.
En ce moment la betterave est attaquée, l'olive est attaquée, la pomme de terre est attaquée. Tout ce qui sert à notre nourriture est dévoré, non par une bête, mais par des milliers de bêtes grandes ou imperceptibles ; et nous, les hommes, armés comme nous le sommes, nous ne pouvons nous défendre contre ces animaux ce qui sert à soutenir notre misérable vie.
Pourquoi cela ? Pourquoi ? Ah ! parce que nous ne sommes pas chez nous, ici, et que les animaux, au contraire, sont chez eux.
J'ai eu cette révélation en traversant les prés normands, cette mer de récolte couvrant la terre. Je me disais : Voici du trèfle et des betteraves pour les vaches, de l'avoine pour les chevaux, du blé pour les hommes !
Du blé pour les hommes à côté de l'avoine pour les chevaux ! Aucune envie ne me venait de manger ce blé, pourtant ; et je me sentais humilié qu'il poussât à côté de l'avoine, des betteraves et du trèfle.
Dans cette plaine immense et verte grandissaient sous le soleil, engraissés par le fumier du sol, les nourritures végétales de ces êtres frères, l'homme, le cheval et la vache, aliments presque pareils pour des animaux si différents.
Cela me semblait bizarre, invraisemblable, ridicule. Et je compris tout à coup le pourquoi de tout ce qui nous agite et nous torture ici-bas. Nous ne sommes point chez nous.
Oui, je dis que la terre est faite uniquement pour loger des animaux, et que l'homme n'y est tombé que par une erreur du Créateur distrait.
Rien n'est fait pour lui, et il a dû, pour s'acclimater, s'installer sur ce sol difficile, lutter contre des obstacles de toute sorte qu'une Providence un peu bienveillantes lui eût épargnés.
Il était nu et n'a trouvé aucune demeure pour le recevoir, tandis que les oiseaux qui ont des plumes,les loups, les chevaux, les chiens, les cerfs, qui ont du poil, ont trouvé des arbres, des forêts, , de l'herbe, des rivières ; le couvert, le boire et le manger.Ils se dévorent entre eux, il est vrai, mais ils sont armés par la nature pour s'entre-tuer.
L'homme, au contraire, sans défense et sans moyens d'attaque, a dû inventer mille procédés, depuis la flèche aux pointes de silex jusqu'à la balle explosible, pour sauver et conserver sa vie, et construire des maisons avec un fourneau de cuisine, faire des casseroles, des broches, des rôtissoires afin de ne pas manger crus les gigots et les pommes de terre, aliments volés aux animaux carnassiers ou herbivores. Car j'ai aussi cette notion confuse que nous ne sommes pas faits véritablement pour nous nourrir de la chair des bêtes ou de la salade des potagers. Nous nous y sommes accoutumés par nécessité, mais il suffit de passer devant l'étal d'un boucher pour comprendre que ces cadavres éventrés, que cette affreuse viande saignante et graisseuse ne doit pas être destinée à des estomacs humains. Certes, elle peut convenir aux lions, aux tigres, aux animaux puants et forts qui ont des griffes et des crocs formidables et une gueule faite pour broyer des os ; mais comment admettre qu'une bouche de femme, que cette petite bouche rose a été créée pour dévorer des cuisses de boeuf ou des intestins de porc ?
Si je m'étonne devant ces cimetières de chair qu'on nomme des boucheries, je demeure encore plus confondu devant les herbes de tout genre que nous appelons des légumes. Comment ces racines, ces feuilles, ces salades, ces artichauts qu'on suce, ces petits pois, ces choux chers aux lapins, ces oignons répugnants qui font pleurer, ces navets, ces carottes, ce sont les nourritures que le Ciel a fait pousser pour nous sur la terre ?
Je trouve naturel que la vache broute le trèfle dans un champ, et je ne peux encore m'empêcher de juger un peu surprenant que des hommes et des femmes galamment habillés croquent ensemble des radis ou avalent une bouillie d'épinards en parlant de l'immortalité de l'âme ou des plus récentes oeuvres d'art.
Certes, il y a eu erreur de destination, comme on dit dans les bureaux du ministère des Postes et télégraphes, et notre patrie n'est pas ici : elle est peut-être dans Saturne ou Jupiter, ou plus loin.
L'homme n'est pas chez lui sur ce monde et ne s'y sent pas chez lui : de là cette inquiétude, ce tourment, ce malaise de toute notre race depuis qu'elle est tombée sur cette boule, dans ces prairies, dans ces bois, dans ce petit parc à bétail que nous avons baptisé la Terre.
Nous portons au coeur des impatiences d'exils, une fièvre de prisonniers, un furieux besoin de nous en aller, de retourner chez nous, dans ce monde inconnu qui devait nous abriter, où tous nos instincts et nos aspirations se trouveraient naturellement satisfaits, comme le sont ceux d'une abeille sur un parterre de fleurs, où nous rencontrerions ce qui convient à nos âmes, ce qui convient à nos coeurs, et les nourritures qui conviennent à nos bouches.
Il me paraît indubitable que tout ce qu'on a appelé les « maux de l'humanité » n'a d'autre origine que le mauvais manger auquel nous sommes condamnés. Les gastralgies, dyspepsies, névralgies, altérations de tous les organes, du foie, du coeur, etc., etc., sont nées sans le moindre doute d'une alimentation contraire à nos besoins, ou tout au moins d'une alimentation qui ne répond pas à ces besoins. Les régimes bizarres que nous imposent les médecins n'ont pour but que de remédier, dans la limite du possible, à cette insuffisance des matières premières.
Quant à tout ce qui reste en nous de sauvage, de bestial, nous le devons assurément au sang dont nous nous nourrissons. L'instinct de combat, le besoin de la guerre, la monstrueuse folie qui nous fait trouver naturel le massacre d'un peuple entier, nous viennent des rouges abattoirs.
Je me rappelle avoir visité une école vétérinaire où on élevait des chiens. J'allais m'approcher d'une rangée de niches pour flatter les bêtes aux yeux vifs, accroupis au boit de leurs chaînes, quand on me dit : « Ils sont féroces, n'y allez pas ; mais en voici d'autres là-bas qui sont très doux. »
Je demandai quelles races diverses avaient produit ces instincts contraires, et on m'apprit que ces bêtes provenaient des mêmes pères et des mêmes mères, mais qu'on avait nourri les uns avec de la viande et les autres avec de la soupe.
Eh bien !... je suis convaincu que notre incurable sauvagerie, que notre bassesse inguérissable, que tous nos instincts vils, que notre sottise sans remède, que notre misérable et impuissante agitation viennent de ce que nous nous nourrissons comme des bêtes, de ce que nous habitons une planète destinée uniquement à des bêtes, et de ce que nous ne nous accoutumons ni à ces nourritures, ni à ce milieu qui ne sont pas faits pour nous et dont nous subissons les influences funestes pour notre pensée et pour notre corps.

Lire à haute voix...

Publié le 09/07/2009 à 18:26 par maupassantien
On dit que Maupassant est l'auteur le plus facile à lire ...

Est-il facile à lire à haute voix ???

Oui... et non.

Oui parce que des enfants peuvent le lire : le papa de Simon, la parure ...

Non parce que certains textes sont très "durs" et peuvent choquer les âmes sensibles :

- Coco ou Pierrot (qui fait penser à Poil de Carotte martyrisant le chat),
- La reine Hortense ou l'aveugle (sur la difficulté d'avoir un handicap et de vivre en société),
- Deux amis (sur la guerre)
- Berthe (qu'il faut lire en parallèle à "l'enfant sauvage de l'Aveyron)
- Clair de lune (sur la religion face à l'amour ... libre)

etc ...

DERNIERS ARTICLES :
Renée VIVIEN
J'ai assisté et participé au centenaire de la mort de RENEE VIVIEN (1909) ...
Histoire d'une fille de ferme à la TV
Maupassant est à l'honneur sur France Télévisions : j'ai vu cette "histoire d'une fille de ferme" vendredi dernier avec Marchal (connu plutôt pour ses rôles de policiers)
Lire ...
Lire Maupassant ... Quoi ??? Qu'aimes-tu lire ??? Moi ce sont plutôt les nouvelles et les chroniques. Miss Harriet m'a beaucoup touché... Et toi ???
Un cd mp3
Un cd mp3 de "36 contes et nouvelles" vient d'être édité : 11 heures d'écoute pour 20 € TTC ISBN 978-2-85310-005-2 Contenu du CD : Berthe, les bijoux, Aux champs, L
Photo de Nadar
Photo de Maupassant pour illustrer mon blog ... Photo "copiée" chez Maupassantiana ...
forum